Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Lundi 28 novembre 2011 1 28 /11 /Nov /2011 00:09
- Publié dans : Infos igepac - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire

 

D’après un document daté du 15 novembre 2011 du BRGM, Bureau de recherches géologiques et minières, placé sous la double tutelle du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et du Ministère de l’écologie, du développement durable. http://www.brgm.fr/

 

Le niveau des nappes au 1er novembre 2011 est hétérogène d’une région à l’autre. Plus des deux tiers des réservoirs (79%) affichent un niveau inférieur à la normale. C’est le cas sur la plus grande partie du Bassin parisien et dans le Sud-Ouest pour plusieurs grands aquifères. On peut citer les nappes de Beauce, du Bas-Dauphiné, du Champigny en Ile-de-France ou encore les nappes du bassin de la Garonne. Cette situation est le résultat de plusieurs années de déficit pluviométrique.

 

Tendance d’évolution du niveau des nappes

 

Par rapport dernier bulletin, la proportion de niveaux stables ou en hausse n’a pas fortement évolué (39% des niveaux au 1er novembre pour 33% au 1er septembre). Pour la plus grande partie des régions et notamment pour le Bassin Parisien, la situation n’a pas changé. On note cependant, à l’échelle nationale, qu’un nombre croissant d’indicateur traduit une situation plus stable que précédemment. On se situe, semble-t-il, à la période charnière d’inversion de la tendance d’évolution du niveau des nappes.

 

La grande majorité des niveaux reste cependant en baisse (62%), en particulier dans les régions où les niveaux sont déjà inférieurs aux normales (majorité du bassin Seine-Normandie et certains secteurs du bassin Adour-Garonne). Pour ces territoires, les rares pluies du début d’automne n’ont pas permis d’inverser la tendance d’évolution à la baisse du niveau des nappes.

 

Plusieurs grandes nappes présentent une situation déficitaire :

 

- La nappe des calcaires de Beauce est en encore en baisse en octobre 2011. Dans un contexte général de baisse des niveaux depuis 2002, les niveaux piézométriques enregistrés sont très inférieurs aux normales de saison. L’absence des pluies du début d’automne est très préjudiciable à une amélioration de la situation.

 

- La nappe du fluvio-glaciaire du Pays de Gex poursuit sa baisse au mois d'octobre, selon une dynamique constante. Les niveaux sont historiquement bas pour la saison (fréquence plus que décennale de basses-eaux). La situation relative ne montre aucune évolution favorable ni amortissement de cette tendance.

 

- Sur le bassin Seine-Normandie, la nappe de la craie reste à la baisse courant octobre. La vidange se poursuit sur la majorité des piézomètres et l’ensemble des niveaux sont inférieurs aux normales. Les rares précipitations depuis le début de l’été n’ont pas eu d’influence très significative sur le niveau de la nappe.

 

- La situation de la nappe du calcaire de Champigny reste critique et en baisse au cours de ce mois d’octobre. La plus grande partie des points de suivi est en baisse et présente des niveaux inférieurs aux normales de saison.

 

- Les nappes du Languedoc-Roussillon présentent des niveaux globalement en baisse en octobre. Les pluies de fin de mois ne permettent pas d’infléchir la baisse mesurée des niveaux qui deviennent dans plusieurs cas assez déficitaires. La station de mesure de la Fontaine-de-Vaucluse a enregistré, en cette fin octobre, une petite remontée des débits. Le débit minimal journalier enregistré en octobre sera probablement le débit le plus faible de 2011. Le débit moyen du mois d'octobre, 5,1 m³/s, est parmi les plus bas de la série des données disponibles (le 4ème rang depuis 1970).

 

Les évènements pluvieux de fin octobre pourraient traduire prochainement une modification de la tendance à la baisse de la grande majorité des points de suivi. Les situations observées en octobre devraient ainsi s’améliorer, à l’image des points qui tendent à se stabiliser. Les conditions d’une amélioration durable de la situation restent cependant liées aux futures pluies de l’automne et du prochain hiver.

 

logopdf igepac mini << le document/

  

 

Retour à l'accueil

Pour une réglementation offshore

Rechercher un article du blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

Notre communauté d'over-blog

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés